Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 17:28

Un Amour de Swann :

 

Voilà typiquement une œuvre qui fait le bonheur du professeur… tant qu’il n’essaie pas de communiquer son plaisir à ses élèves ! Je suis presque sûre que le comique intense dégagé par le salon Verdurin, et même par le personnage de Swann, leur échappera presque totalement…

Comment y comprendraient-ils quelque chose ? Tous les codes sur lesquels fonctionnent ces milieux si opposés et si semblables à la fois leur sont radicalement étrangers. Y a-t-il encore des salons où l’on se rend chaque soir pour écouter un pianiste, ou se livrer à l’art si délicat de la conversation ? L’abyssale vulgarité de Madame Verdurin leur apparaîtra-t-elle, sous le masque d’une pseudo politesse ?

 

Eux aussi, pourtant, sont snobs à leur manière, et repèrent immédiatement, sans avoir besoin de réfléchir, celui ou celle qui « détonne »… qui ne connaît pas les mêmes musiques qu’eux, ni les mêmes séries télévisées, qui ne maîtrise pas le même vocabulaire, les formules allusives, les abréviations, les métaphores destinées avant tout à reconnaître le « fidèle » de l’étranger…

 

Swann : un vrai mondain égaré dans un faux salon, une caricature de salon. Et, naturellement, c’est lui qui paraît faux, vulgaire, décalé… de même que les époux Verdurin auraient l’air de vaches dans une volière, si d’aventure ils osaient s’aventurer chez ceux qu’ils nomment, faute de jamais pouvoir prétendre être reçus par eux, les « Ennuyeux ».

 

Proust nous brosse le portrait d’une société très hiérarchisée, où, quoi que l’on fasse, l’on ne peut jamais s’intégrer hors de sa classe, ni au-dessus, ni en-dessous. L’on peut, provisoirement et superficiellement, y être admis un court instant. Mais il arrivera toujours un moment où l’on vous fera comprendre que vous êtes de trop, que vous ne comprenez rien, que vous n’êtes pas « dans la note » – tout en se gardant bien, naturellement, de vous donner les clés qui vous permettraient d’appartenir pour de bon à ce milieu…

 

Comment réagir, pour ne pas perdre la face ? La pire des solutions consiste à vouloir, à tout prix, donner le change. On ne trompe personne, et il se trouvera toujours une langue perfide pour faire allusion à vos origines peu reluisantes…

Ou bien, on peut les revendiquer haut et fort, et, puisque l’on ne peut s’intégrer, se poser en observateur extérieur, souvent amusé, parfois ironique, toujours critique, du ridicule des autres. Mais c’est leur faire beaucoup d’honneur…

 

A moins que l’on n’opte, définitivement, pour la carapace stoïcienne ? Ne pas se laisser entamer par ce que l’on ne peut éviter ; prendre avec la même indifférence la sympathie et le mépris, les compliments et les perfidies… Mais qui peut se targuer d’une pareille force d’âme ?

 

Relisons Swann : après tout, l’on est toujours le ridicule de quelqu’un. Les Verdurin sont des monstres de bêtise, de méchanceté et de vulgarité ; mais les « vrais » mondains ne valent pas mieux.

 

Imaginons un instant  ces fins bourgeois, ces mondains qui savent toujours, par instinct, comment nouer un foulard, choisir un vin ou un parfum, converser exquisément. Et transférons-les, soudain, sans un milieu qui leur est étranger, dont ils ignorent tous les codes… Disons : un plateau de cinéma, la salle de rédaction d’un journal, une salle des profs… Et les voilà, instantanément, gauches, inhabiles, gaffeurs, en un mot ridicules !

Voilà qui devrait nous consoler de nos impairs d’éternels déclassés… Mais non. Car finalement, le pire des maux, c’est la solitude à laquelle tout cela nous condamne…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marion Sérignan 28/09/2009 16:26


Nous avons des points communs, chère Artemisia : l'amour des chats et d'une ville du Sud (Marseille pour vous, Avignon pour moi), la littérature, l'attrait pour les trains étranges... Et Charles
Swann. Vous avez écrit un article sur lui, il joue un rôle dans un de mes articles, TGV-place de l'Horloge, à la fin de cette histoire bizarre - au début, c'est un personnage de Michel
Butor qui est mis en scène.

Je me suis retrouvée dans votre analyse du personnage de Swann dans la mesure où, du fait de mes lacunes en informatique (manque de confiance, syndrome de Hal ?), j'ai du mal à exister dans le
monde des internautes. Pour mon blog, le blog de Marion Sérignan, j'ai dû me faire aider, je me sens souvent ridicule et j'ai peur de la solitude à laquelle cela me condamne.

Vos nouvelles sont belles, inquiétantes et émouvantes. Je suis heureuse de participer à la même communauté que vous, Passion féline, nous aimons les chats avec la même sensibilité.

Recevez mes amitiés.

Marion Sérignan 


Artemisia L 30/09/2009 20:14


Merci de votre commentaire, si sensible... Auriez-vous un blog,vous aussi ? Je n'en ai pas trouvé l'adresse...
J'aurais bien lu les aventures d'Anne Devil et de sa petite Zelda... mais celle-ci me ferait trop penser à ma petite morte. Dans quelques mois, peut-être, quand la peine se sera estompée...
En tous cas je suis heureuse que mes nouvelles vous plaisent.
Bien amicalement,
Artemisia L


Présentation

  • : Le blog d Artemisia L
  • Le blog d Artemisia L
  • : littérature, réflexion, et aussi ce que j'aime : le Mans, Marseille... et les chats !
  • Contact

Recherche

Liens