Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 16:25

Vu hier ou avant-hier à la télé : il serait impossible, sur son propre terrain, de vivre dans un habitat dit "alternatif" : une yourte, une caravane, un teepee...

Comment cela ?? Sur son propre terrain ???

Mais oui, des gens qui ne demandent rien à personne, qui ne dérangent quiconque, qui s'efforcent de peser le moins possible sur le bilan CO2 de la planète, sont menacés d'expulsion, parce que leur "habitation" n'est pas une maison traditionnelle !!!

Mais qu'est-ce qu'une maison traditionnelle ? Et jusqu'où s'arrêtera la manie de légiférer, la manie d'interdire ? Faudra-t-il bientôt des volets bleus, ou verts, et de tel vert précis, ni plus ni moins foncé, et des haies de telle dimension, pas davantage, et gare au rouge-gorge qui viendrait s'y poser...

J'avais toujours cru que ma liberté s'arrêtait lorsqu'elle piétinait celle des autres. On en est loin.

Et pas seulement dans l'habitat. Une gamine a été renvoyée de l'école parce que sa jupe était trop longue, une autre parce que ses talons étaient trop hauts. Un de ces jours, un garde-chiourme surveillera les entrées des collèges et lycées, mesurant au double-décimètre les cheveux des garçons et les ourlets des filles. Pour les gars, deux millimètres de poil, et bien dégagé sur les oreilles ! Pour les filles, 2,75 cm au-dessus du genou, ni plus ni moins, et 1,785 cm de talon !...

L'on va bientôt traquer les clients des prostituées dans la rues ; un jour on le fera à domicile. Un pandore viendra frapper chez vous, et vérifier que la dame qui dort dans votre lit est bien votre épouse légitime ; faute de quoi l'on épluchera les comptes de l'un ou de l'autre, au cas où vous lui auriez glissé un petit billet... Offrir une bague ou un bouquet à sa copine sera-t-il bientôt assimilé à un paiement en nature ?...

L'on multiplie les caméras de vidéo-surveillance ; vous êtes suivi à la trace partout où vous allez. Bientôt il vous faudra un permis pour aller dans telle ville où vous n'habitez pas, dans telle rue où vous n'avez rien à faire... Et gare à vous si vous tentez d'échapper à Big Brother : des gens se sont retrouvés en prison, suspectés de terrorisme, pour avoir lu un livre même pas interdit, et refusé téléphone portable et carte bleue...

Vivre, c'est courir des risques. Mais au nom de la sécurité, on vous emprisonne, on vous enserre dans un réseau d'interdits qui rendent la vie irrespirable. Ne pas manger trop salé, trop sucré, trop gras, trop... Ne pas boire, même raisonnablement (la dernière trouvaille : même un consommateur sans excès est coupable de se mettre en danger !). Ne pas faire l'amour sans préservatif, ne pas le faire du tout, d'ailleurs. Ne pas rouler trop vite, ni trop longtemps, ne pas rouler en voiture : cela tue la planète. Ne pas faire de bruit, ne pas écouter trop fort la musique. Ne pas...

Ressembler à tout le monde ; surtout ne pas se distinguer, ni par sa tenue, ni par son mode de vie, ni par la forme de sa maison.

Mais le premier mot de la République n'est-il pas LIBERTÉ, justement ? n'est-ce pas d'abord pour elle que se sont battus les Révolutionnaires de 1789, de toutes les révolutions du 19ème siècle, les résistants de 1939-45 et tant d'autres ? n'est-ce pas d'abord pour elle que les dissidents chinois prennent tous les risques, que les "Chababs" libyens affrontent les chars de Kadhafi, que partout au Maghreb, en Syrie, au Yémen, en Jordanie des hommes et des femmes prennent le risque de la torture et de la mort ?

Et nous, qui l'avons si chèrement conquise, nous la laissons grignoter, par frousse, par frilosité, par veulerie ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anonyme (pour sa liberté) 07/04/2011 18:52


Bonjour, J'aimerais juste préciser que la taille des haies est règlementée (une atteinte à la liberté pour favoriser le contact entre les voisins, horreur!), qu'on a pas attendu les caméras de
surveillance pour suivre les gens à la trace (carte bancaire, internet, suivi administratif de tout poil... tout est archivé et suit vos faits et gestes d'une manière plus inquisitrice qu'une
caméra filmant un lieu public! combattons sans démagogie les vrais liberticides et non les leurres), et que si la "liberté" est si républicaine, c'est au nom de la République que sous des discours
rassembleurs les jacobins ont détruit des cultures régionales par l'interdiction et l'oppression de la pratique de leurs langues ou la possession d'un nom ne sonnant pas français. Une liberté
"conquise" par la révolution ? Cessons les envolées lyriques libertaires, la liberté n'a jamais été qu'un compromis, maintenant autant qu'avant. Vous n'écrivez pas à l'Aurore, je vous le rappelle.
Ceci dit, ne voyez pas en mes mots une diatribe gratuite. Nous nous rejoignons sur la contestation du monde actuel, qui plus est, non pas dans des camps opposés, et je vous pris d'agréer la liberté
de ma contestation (autant que la vôtre) sur votre propos pertinents bien que superficiels et faciles. Si vous souhaitez me répondre, je vous invite à discuter à la suite de mon commentaire. A
bientôt


Artemisia L 17/04/2011 18:11



Cher ami anonyme, 


Je ne suis pas contre la règlementation de la taille des haies : il n'est en effet pas très sain, ni très esthétique, de transformer sa propriété en bunker. Mais quand le règlement va jusqu'à
préciser la nature, la couleur, la forme des plantes qui doivent la composer, n'y a-t-il pas là une volonté d'uniformiser un peu gênante ?...


Certes, l'on n'a pas attendu les caméras de surveillance pour inventer le fichage : comme le montre la pièce de Brisville vue récemment, un Fouché faisait cela fort bien, alors qu'il n'existait
encore ni portable, ni carte à puce... Comme il aurait adoré notre époque, cet homme !... Fichés nous sommes, donc. Je trouve cela extrêmement fâcheux ; et plus fâcheux encore que la volonté de
réduire le fichage vous expose à être suspecté des pires crimes, sans le moindre commencement de preuve. Non, ce qui me dérange dans les caméras de surveillance, c'est leur développement
exponentiel, c'est l'exigence de toujours plus de surveillance, jusque dans les toilettes des entreprises !... D'autant qu'elles ne servent pas à grand-chose : si je suis agressée, j'aurai
simplement l'agrément d'avoir en plus été filmée dans une situation humiliante ; quant à mon agresseur, silhouette furtive et sans doute cagoulée, il sera vraisemblablement impossible à
identifier...


Quant à la Révolution, je sais mieux que personne (le petit feuilleton que je publie ici même le montrera à l'évidence) qu'elle fut souvent une "belle illusion" ; qu'à trop vouloir défendre la
Nation à la fois contre l'ennemi du dehors et les survivances de l'Ancien régime, elle a trop souvent tourné à la Terreur... et a détruit au moins autant qu'elle a construit. Il n'empêche que
c'est au nom de la Liberté, avant tout, que tous les révolutionnaires du monde entier risquent leur vie.


N'oubliez pas, enfin, que ce "billet d'humeur" qui vous a paru un peu rapide et superficiel (c'est bien possible) tire surtout une sonnette d'alarme : et si, aujourd'hui, dans nos sociétés
vieillissantes et trop bien nourries, la liberté n'était plus une priorité ? Si l'on était prêt à la sacrifier sur n'importe quel autel, au nom de la sécurité, au nom de l'harmonisation, au nom
de dieu sait quoi... Et si un jour, nous finissions par nous réveiller, emmaillottés comme les nourrissons d'autrefois, et si bien protégés de tout que plus aucun mouvement ne nous sera permis ?



Présentation

  • : Le blog d Artemisia L
  • Le blog d Artemisia L
  • : littérature, réflexion, et aussi ce que j'aime : le Mans, Marseille... et les chats !
  • Contact

Recherche

Liens