Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 10:20

Nous n’écrirons plus en alexandrins.

Finies les strophes régulières, les rimes riches comme les pâtes, la césure bien à sa place. Fini le lyrisme séculaire et si sûr, « Ô ma Sarth-eu joli-eu… » Finis la campagne, les amours adolescentes, les révoltes humanistes, les oiseaux et les fleurs, même celles du Mal.

            A présent, vive l’Avant-Garde.

            Mais qu’est-ce donc, l’Avant-Garde ?

Ne pas écrire ce qui a déjà été fait. Ne marcher sur les traces ou les brisées de personne.

Ne pas parler de sexe, de ce sexe triste et obscène qui est la marque de la modernité. Mais le sexe gai - c’est à dire rabelaisien, gaulois, la gaudriole, quoi ! Non, pas la gaudriole, quelque chose de plus libre, de plus profond, de plus anarchiste… Verheggen.

Ne pas triturer les mots, je veux dire leur apparence. Ne pas jouer avec les interlignes, les corps de lettres. M’en tenir à un 12 points, ou seulement 10, bien naturel et classique. Les lettres énormes, triturées, plastiquement belles, mon traitement de texte le fait tout seul et fort artistiquement. Cela s’appelle « Word Art », tout un programme. Et tout cela, fait, refait, depuis les Calligrammes d’Apollinaire, jusqu’à l’écœurement…

Ne pas jouer avec « l’ortografe » ni « lortograf ‘ », à quoi bon : Kati Molnar. Cela aussi, fait et refait.

Ne pas abandonner la syntaxe : une langue sans grammaire, Kati Molnar encore. Et ces longues interminables phrases sans lien sans respiration sans ponctuation jusqu’à la suffocation au secours, déjà fait déjà vu aussi : Cadiot, Demarcq, Verheggen, et tant d’autres.

Et les phrases minimales, sujet-verbe, verbe tout seul ou sujet tout seul, déjà fait aussi. Et les phrases disloquées, déjantées, bancales…

            Et bien sûr, pas ce langage populaire, « prolétèr », argotique même… Il y a bien longtemps que les mots « merde », « cul », « con » (au sens étymologique bien sûr) font partie de tout dictionnaire du Petit Poète Moderne… A vous donner envie d’un langage précieux, d’un bel imparfait du subjonctif… Mais il doit bien y avoir, au fond des provinces poétiques, quelque avant-gardiste amateur du Littré, obsédé du Grévisse, ou fanatique de Vaugelas.

Les sons syncopés devenant musique - ou bruitage - Gysin et quelques autres, Dufrêne et même Artaud. Les onomatopées, Demarcq et sa drôle de basse-cour.

            Ni amour, ni sexe ; ni politique, ni actualité - sauf bien sûr pour la dérision, mais la dérision devient elle aussi un cliché… Et ne pas parler de ce texte en train de se faire, ne pas parler de POESIE !

            Alors, écrire sur… rien ? Sur le rien ? Abandonner non seulement toute narration, mais encore toute sémantique, en arriver au langage minimal, jusqu’à la page blanche ? Le minimalisme, voilà qui sent déjà son classique, son poussiéreux, son déjà vu…

 

            Alors, Bon Dieu, que reste-t-il à faire ? ! ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aliénor 12/01/2010 10:11


:-)
J'ai vu des hommages même si je ne connais pas tout (j'en rougis: pas tout du tout, mais je m'améliore avec l'âge... tout du moins c'est ce qu'il
faut se dire! ;-) ), et j'y ai vu l'humour aussi, au passage on rit beaucoup dans Mouawad, surtout avec les acteurs originaux canadiens, mais je dois être un peu trop préoccupée par le "que
peindre?" en ce moment pour avoir un recul suffisant! :-D


Aliénor 09/01/2010 17:40


"que reste-t-il à faire?"
Je crois qu'on peut se poser cette question dans à peu près toutes les disciplines... Et en art? Et en musique? Et en recherche? Et en littérature?

J'ai vu très récemment une pièce de théâtre de Wajdi MOUAWAD, "Rêves", qui met en scène la création littéraire et pose aussi cette question. Où sont représentés les personnages de l'Auteur, son
Imagination, son Rythme, Ses personnages, etc...
Cela n'y répond pas (peut-on véritablement y répondre?...), mais la pièce a au moins le mérite de  s'interroger sur "écrire, créer : comment, pourquoi?"...

Connaissez-vous Mouawad? C'est mon auteur de théâtre contemporain favori de ces deux dernières années!


Artemisia L 12/01/2010 07:56


Heureusement qu'il y a encore des auteurs inventifs ! Bien sûr il faut prendre avec humour cet article, qui était aussi une forme d'hommage aux auteurs que j'admire... "Comment faire de la
philosophie maintenant ?" devaient se demander les disciples de Socrate et de Platon ; "ils ont tout dit !" Et puis finalement, non, il restait un peu de place pour les quelque 3000 ans qui
allaient suivre...
Mouawad aussi a eu les honneurs du Matricule des Anges. Une revue indispensable, décidément !


Présentation

  • : Le blog d Artemisia L
  • Le blog d Artemisia L
  • : littérature, réflexion, et aussi ce que j'aime : le Mans, Marseille... et les chats !
  • Contact

Recherche

Liens